mardi 16 décembre 2008

Salade champignons et aramé

La saveur douce de l'aramé et sa facilité de préparation (un simple trempage) en font une algue parfaite pour s'initier aux légumes marins. Je rince soigneusement les filaments d'aramé après le trempage pour que la goût caractéristique de l'algue s'atténue, laissant la place à une saveur agréablement iodée et légèrement sucrée.

L'aramé n'est pas un aliment cru puisque c'est une grande algue qui est précuite, émincée et ensuite déshydratée avant d'être vendue. Il reste que c'est une excellente source de minéraux, vitamines (surtout le précieux groupe B) et protéines.

J'ai servi cette salade dans des moitiés d'avocat et, pour le non-amateur d'avocat de la maison, dans des tronçons de concombres que j'avais évidés à l'aide d'une cuillère à parisienne. Les deux étaient délicieux. On pourrait aussi servir sur un lit de fèves germées.

Salade champignons et aramé
(donne suffusamment de salade pour garnir 2 moitiés d'avocat)

  • 1/4 de tasse (60 ml) d'algues aramée mises à tremper dans un bol d'eau
  • 1 tasse (250 ml) de champignons blancs essuyés et coupés en julienne
  • 1 échalotte (oignon vert) tranché mince
  • 2 cuillerées à thé (10 ml) de tamari
  • 1 cuillerée à table (15 ml) de jus de citron
  • la moitié d'une petite gousse d'ail dégermée et pressée
  • une tranche de 3-5 millimètres de gingembre passée au presse-ail elle aussi
  • un peu de piquant, cayenne ou sambal oelek
  • garnitures au goût: graines de sésame, oignons verts hachés, amandes ou noix de cajou hachées, germinations

Laisser tremper les algues 15 minutes et bien rincer à l'eau claire ensuite. Mélanger tous les ingrédients de la vinaigrette, ajouter les champignons et les algues bien gouttées. Peut se servir aussitôt, mais idéalement, on laisse mariner quelques heures ou même une nuit. Au moment de servir, égoutter le surplus de marinade et ajuster les assaisonnements.

vendredi 12 décembre 2008

Fondants citron pavot... ça commence à sentir Noël!

Plus que deux semaines avant Noël, alors je m'amuse, j'expérimente, je cherche des desserts aussi décadents que crus pour nos repas du temps des fêtes. Ces petits carrés au citron et graines de pavot ont passé le test, ils se retrouveront sur notre table des fêtes. Dommage, faute d'éclairage je n'ai pas réussi à prendre une photo qui mette en valeur leur couleur et leur texture dense et fondante. J'espérais me reprendre le lendemain pour la photo... mais ils avaient disparu!


Fondants citron pavot
(donne 15 petits carrés)
  • 1 cuillerée à table (15 ml) de graines de chia entières
  • 3 cuillerées à table (45 ml) de sirop d'érable (nectar d'agave si on préfère)
  • 3 cuillerées à table de jus de citron
  • le zeste d'un citron bio
  • 2 cuillerées à table (30 ml) de graines de pavot
  • 1 tasse (250 ml) d'amandes moulues en farine (j'ai utilisé des amandes émondées pour garder une couleur pâle)
  • 1/2 tasse (125 ml) de noix de coco moulue en farine (au moulin à café)
Glaçage au citron (optionnel mais délicieux!):
  • 2 cuillerées à table (30 ml) d'huile de noix de coco fondue à température très douce
  • 1 cuillerée à table (15 ml) de purée d'amandes blanches (du commerce ou maison)
  • 2 cuillerées à table (30 ml) de sirop d'érable (ou miel ou nectar d'agave)
  • 2 cuillerées à table (30 ml) de jus de citron
Mettre les graines de chia dans un grand bol avec le sirop d'érable, le jus de citron et le zeste. Laisser gonfler 10 ou 15 minutes, le temps de moudre les amandes et la noix de coco.
Lorsque le mélange de graines de chia a épaissi, ajouter les graines de pavot, les amandes moulues et la noix de coco moulue.
Étendre cette pâte sur le plateau du déshydrateur recouvert d'un Paraflexx ou d'un papier parchemin afin d'obtenir un carré d'environ 15 centimètres de côté. La pâte devrait avoir une épaisseur de 2 cm. Pas de déshydrateur? Pas de problème, Greene Ouitche explique ici comment s'y prendre avec le four.
Le temps de séchage dépend de la texture désirée. Au bout de 4 heures à 115 degrés Farenheit, je les trouvais parfaits, l'extérieur ferme et un peu croquant et l'intérieur très moelleux. Après 3 heures ou dès que la pâte est assez ferme pour être manipulée, on taille en carrés (j'en ai fait 15 petits) et on remet au déshydrateur. On peut déguster à la sortie du déshydrateur, mais la texture et le goût seront bien meilleurs après une heure (ou plus si vous pouvez attendre!) au frigo.
Pour le glaçage, mélanger tous les ingrédients au "blender" ou mini-hachoir. La texture sera très liquide. Garder au réfrigérateur au moins 30 minutes avant de servir, le glaçage va épaissir en refroidissant.
*Note à ceux et celles qui font leur lait d'amandes ou de noix de coco maison, cette recette est une délicieuse façon d'utiliser la pulpe qui reste après la fabrication du lait. On remplace la moitié des amandes ou de la noix de coco par la pulpe bien essorée. Le temps de déshydratation sera un peu plus long.

mercredi 10 décembre 2008

Salade de chou très crémeuse

Une belle surprise que cette petite salade de chou toute simple. Inspirée par le courant américain du whole food (signifiant "aliment entier") qui prône l'utilisation d'ingrédients qui ont subit le moins de transformations possible, j'ai voulu essayer une salade sans huile, sans vinaigre, sans sucre et sans sel. Mes attentes n'étaient pas très hautes, je gardais la salière et l'huile d'olive proches pour "réchapper" la salade au besoin avant de la servir. Finalement, à ma grande surprise, la salade était plus crémeuse qu'habituellement, très savoureuse, et même si j'ai dû résister à la tentation de saler après la première bouchée, cette envie (ou habitude?) est rapidement passée et j'ai enfin découvert une "vraie" salade de chou crémeuse, qui goûte le "vrai" chou, bien loin des coleslaw que j'ai goûtées (et faites!) à date. Autre bonne surprise, il en restait un peu pour le lendemain, mais à cause de l'avocat, j'avais peur que la couleur ou le goût ne change, mais non, elle est restée belle et encore plus savoureuse après que le chou se soit attendri un peu et que les saveurs se soient mélangées. À essayer quand on aime la salade de chou crémeuse, mais qu'on en a assez des traditionnelles vinaigrettes à coleslaw.


Salade de chou crémeuse
(4 portions en accompagnement)
  • 2 tasses (500 ml) de chou blanc râpé
  • 1 carotte râpée
  • 1 échalote (oignon vert) haché
  • 2 cuillerées à table (30 ml) de persil haché
  • le quart d'un poivron (couleur au goût) haché finement
  • 1 avocat bien mûr épluché, noyau enlevé
  • le jus d'un citron

Faire la vinaigrette en écrasant l'avocat à la fourchette dans le saladier et en y ajoutant le jus de citron. Ajouter les légumes, bien mélanger et c'est terminé!

mercredi 3 décembre 2008

Un bon chocolat chaud


Même s'il n'est pas vraiment très chaud, ce chocolat réchauffe les papilles et le corps! Une bonne tasse de chocolat crémeux, mousseux, goûteux... parfait quand on rentre de jouer dehors, les doigts gelés d'avoir trop fait de boules de neige. On a le chocolat, on a la neige, il ne nous manque plus que le courage de mettre le nez dehors... demain peut-être, puisqu'il nous faudra bien une excuse si on veut boire un autre chocolat chaud!
Chocolat chaud
(pour 1 tasse)
  • 1 tasse (250 ml) de lait d'amande ou autre lait végétal au goût
  • 1 à 2 cuillerées à thé (5-10 ml) de purée d'amandes (optionnel, mais donne une texture plus onctueuse)
  • un filet de nectar d'agave (ou autre sucre au goût)
  • 1 cuillerée à table (15 ml) de poudre de cacao cru (on peut sûrement le faire aussi avec une poudre de cacao régulière)
  • une tranche mince de gingembre frais passé au presse-ail
  • une pincée de cannelle
  • quelques coups de râpe de noix de muscade
  • pincée de cayenne ou de piment d'Espelette
Mettre tous les ingrédients au "blender", on peut tiédir le lait si on le souhaite, et laisser tourner jusqu'à ce que le mélange soit bien mousseux. Si on aime les émotions fortes, garnir d'une pincée supplémentaire de piment!
Cette recette de chocolat chaud est la version adulte, bien épicée. Je voulais en faire une version plus douce pour enfants, mais les miens, d'enfants, ont trouvé cette version bien à leur goût!

mardi 2 décembre 2008

Légumes façon "stir-fry"

Un stir-fry sans wok, des légumes croustillants dans une sauce sucrée/salée/épicée, des saveurs piquantes pour réchauffer ce début de décembre... Lentement, la crusine s'hivernise.

Les légumes sont marinés une heure à température ambiante, ils s'imprègnent ainsi de toute la saveur en plus de s'attendrir légèrement pour prendre la texture croquante des légumes sautés à point. Alors on range le wok, on sort les baguettes et on profite des bienfaits des légumes crus et des "superaliments" que sont l'ail, le gingembre et la cayenne.

Légumes façon stir-fry
(donne 2 portions)

sauce:
  • le jus de 2 oranges
  • 5 dattes tendres style Medjool (si elles sont plus sèches, les laisser réhydrater un peu dans de l'eau)
  • 1 petite gousse d'ail pressée
  • 1 cuillerée à thé (5 ml) de gingembre frais passé au presse ail ou haché finement
  • 1 cuillerée à table (15 ml) de tamari ou sauce soja
  • 1 1/2 cuillerée à thé (7 ml) d'huile de sésame
  • pincée de cayenne au goût

légumes (environ 6 tasses (1,5 litres) de légumes mélangés au goût):

  • céleri et carotte en tranches minces (en biseau ça fait joli)
  • lanières de poivron
  • tranches de champignons
  • chou chinois en lanières
  • haricots verts en tronçons
  • brocoli ou chou-fleur en fleurettes
  • germes de soja
  • feuilles d'épinards
  • ...

garnitures (une combinaison, au goût):

  • amandes ou cajous
  • graines de sésame
  • oignon vert en biseau
  • coriandre hachée
  • piment fort

Pour la sauce, simplement mettre tous les ingrédients dans un "blender" ou robot culinaire et laisser tourner jusqu'à l'obtention d'une sauce crémeuse. Goûter pour rectifier les assaisonnements.

Verser la sauce sur les légumes et laisser reposer environ une heure à température ambiante. Garnir, servir et déguster avec des baguettes.

mardi 25 novembre 2008

Déjeuner instant: gruau de graines de chia


Mes recettes favorites sont bien souvent les plus simples. En voici une simplissime, qui permet en plus d'incorporer les graines de chia (ou Salba, qui est la marque brevetée d'une variété de chia) dans notre alimentation. Comme la graine de lin, le chia est particulièrement riche en oméga-3 et en fibres, ce qui en fait un aliment à privilégier pour la santé cardiovasculaire. Sa haute teneur en fibres solubles aide à contrôler la glycémie en ralentissant l'absorption des sucres et favorise la sensation de satiété, deux éléments qui aident à éviter les fringales en mileu d'avant-midi! Les graines de chia sont en plus riches en vitamines et minéraux... bref, le petit déjeuner parfait! (Plus d'infos sur les propriétés nutritionnelles du chia ici).
Pour faire le gruau, on met 2 cuillerées à table (30 ml) de graines de chia moulues (au moulin à café) dans 1/2 tasse (125 ml) de lait végétal au choix. On fouette un peu et on laisse gonfler. Le temps de préparer les garnitures et ce sera prêt! Sur la photo, le gruau est garni de tranches de bananes, noisettes hachées et éclats de fèves de cacao... un délice! À essayer aussi: pommes, cannelle et raisins secs. Poires, noix et un filet de sirop d'érable. On y va selon l'inspiration du moment! Alors, une fois que les fruits sont coupés, le gruau devrait avoir pris une texture plus épaisse, gélatineuse et légèrement filante... un peu étonnant au début, mais agréable en bouche une fois qu'on y a ajouté des éléments plus croquants comme des noix et des fruits. La saveur des graines de chia elles-mêmes est très subtile, peut-être un peu noisettée. J'utilise les graines de chia blanches, leur saveur est plus neutre que les graines plus foncées et je trouve le résultat plus esthétique.
Alors en 5 minutes on a un bon bol de gruau... on tiédit le lait pour les matins plus frisquets... et on déguste!

vendredi 7 novembre 2008

Glace avocat et citron vert

J'ai profité des deux jours de beau temps pour concocter un dessert glacé. L'idée de cette glace me trottait dans la tête depuis quelques temps, alors j'ai pris comme prétexte ce début d'été indien pour la réaliser. Malheureusement, le froid est revenu et l'été indien est oublié... heureusement nous avons de la glace avocat et citron vert pour nous consoler! Je suis bien contente du résultat, une "crème glacée" riche et onctueuse, toute végétale et qui se fait sans sorbetière et seulement en quelques minutes (si on a déjà des cubes d'avocat au congélateur). J'ai trouvé que le goût de l'avocat était très discret à côté de celui du citron, mais qu'il ajoutait de la profondeur à l'acidité des agrumes. Deux saveurs qui se complémentent bien.

Glace avocat et citron vert
(donne environ 2 tasses (500 ml) de glace)

  • 2 avocats épluchés, coupés en cubes, citronnnés et congelés (une bonne façon de conserver des avocats qui commencent à se faire vieux)
  • 1/4 de tasse (60 ml) d'eau
  • 1/3 de tasse (85 ml) de nectar d'agave
  • 1/4 de tasse (60 ml) de jus de citron vert (lime)
  • 3 cuillerées à table de jus de citron
  • environ 1/4 de cuillerée à thé (1,2 ml) de zeste de citron bio râpé
  • généreuse pincée de sel

Mettre tous les ingrédients dans le robot culinaire avec la lame en "S" et faire tourner par accoups avec la fonction "pulse". Il faut y aller doucement, jusqu'à ce que la préparation soit parfaitement crémeuse. On peut alors servir immédiatement. Si on place la crème glacée au congélateur, il ne faudra pas oublier de la sortir au frigo une heure avant de la servir pour qu'elle ait eu le temps de ramollir un peu. J'ai testé cet après-midi (je me suis sacrifiée pour la science et j'en ai mangé un bol!) et la glace que j'avais faite hier était encore parfaite, la couleur n'avait pas changé et après une heure au frigo la texture était parfaite... il ne manquait que l'été indien!

mercredi 5 novembre 2008

Crème de champignons crus prête en 2 minutes

C'est étonnant comme la saveur du champignon cru est différente de celle du champignon cuit. Dans ce potage, l'humble champignon de Paris prend une délicate saveur de sous-bois digne d'un champignon sauvage fraîchement cueilli.

Crème de champignons crus
(donne un grand bol ou deux petits)
  • 1 tasse (250 ml) d'eau chaude
  • 1 cuillerée à table (15 ml) d'oignons hachés
  • 8 noix de cajou
  • 1 cuillerée à thé (5 ml) de miso
  • la moitié d'une petite gousse d'ail dégermée et écrasée
  • tronçon d'un demi centimètre de gingembre frais râpé
  • quelques gouttes d'huile de sésame (optionnelle)
  • 1 pincée de cayenne
  • 3 gros champignons de Paris bien propres

Mettre tous les ingrédients sauf les champignons dans un mélangeur ("blender"). Laisser tourner à grande vitesse une minute ou deux, le temps que tout soit bien mélangé et ajouter ensuite les champignons. Laisser tourner encore un peu, jusqu'à l'obtention d'une texture plus ou moins crémeuse, au goût. Ajuster les assaisonnements, il peut être nécessaire de rajouter une pincée de sel.

Verser le potage dans les bols et déguster aussitôt, pendant qu'il est encore tiède. Comme les champignons ont tendance à s'oxyder, ce potage ne peut pas être fait d'avance... heureusement ce n'est pas nécessaire puisqu'il ne prend que 2 miutes à faire.

mardi 21 octobre 2008

Vinaigrette à la noix de Grenoble... sur salade de fenouil

La salade en elle-même n'est pas très importante ici. J'y ai mis du fenouil, j'aurais très bien pu y mettre du céleri; j'y ai mis des oranges, ça aurait pu être du pamplemousse, ou de la mangue... Non, dans ce cas-ci, ce n'est pas la salade qui fait la salade, c'est la vinaigrette! Elle est crémeuse, pas trop grasse, rapide à faire et elle accompagne à merveille les salades qui mélangent fruits et légumes. Et s'il faut d'autres raisons pour l'essayer, on peut ajouter que les noix de Grenoble sont riches en oméga-3, en anti-oxydants et en phytostérols qui font baisser le taux de mauvais cholestérol sanguin (plus d'information ici).

Vinaigrette à la noix de Grenoble
(donne environ 3/4 de tasse (125 ml) de vinaigrette)
  • 1/2 tasse (125 ml) de noix de Grenoble rincées (ou trempées 1 heure si on a le temps)
  • le jus d'une orange
  • 2 cuillerées à thé (10 ml) de miso (le mien est pâle et très doux. Couper de moitié si on a un miso foncé)
  • 1 cuillerée à table (15 ml) d'huile d'olive
  • 1 cuillerée à thé (5 ml) d'huile de noix (optionnel)
  • quelques coups de moulin à poivre
  • une pincée de sel si nécessaire

Passer tous les ingrédients au mini-hachoir ou au robot avec la lame en "S". Ne pas laisser tourner trop longtemps pour garder un peu la texture des noix de Grenoble. Rectifier les assaisonnements.

Salade de fenouil

  • 1 bulbe de fenouil tranché mince (j'ai pris la mandoline)
  • 2-3 carottes râpées ou coupées en fine julienne à la mandoline
  • 2 oranges en suprêmes
  • 1 poignée de noix de Grenoble
  • 1 poignée de dattes coupées en morceaux

Mélanger les ingrédients de la salade et servir généreusement arrosé de vinaigrette à la noix de Grenoble.

mercredi 15 octobre 2008

Tartelettes sucrées salées à la courge

On pense rarement à manger la courge d'hiver crue. Pourtant, elle est très bonne râpée en salade ou en bâtonnets avec une trempette. Avec un peu d'audace et d'imagination, on peut trouver de bons petits plats pour présenter la courge toute crue... tout l'hiver! Parce que c'est une de ses grandes qualités, à la courge, de se conserver longtemps. C'est bien utile lorsqu'on aspire au "locavorisme" dans un pays froid comme le Québec. Faisons provisions de courges, rutabagas, betteraves, carottes et choux pendant qu'il y en a encore des locaux sur les étalages.
Pour cette recette, j'ai choisi la courge "melonette jaspée de vendée" à cause de sa saveur très douce. Parfait pour jouer le rôle de croûte dans mes petites tartelettes. Toutefois, une courge à saveur plus prononcée, comme la "butternut" ou le potimarron par exemple, aurait très bien fait l'affaire.
Évidemment, on pourrait simplement faire des canapés, tartiner la garniture sur de belles tranches de courges, mais j'ai eu envie de jouer au jeu de Lory du blog Épices-moi qui demande des recettes biscuits, muffins, tartelettes ou petits gâteaux salés et épicés. Alors, Lory, voici mes tartelettes sucrépices!
Tartelettes sucrées salées à la courge
(rendement: 6 tartelettes)
  • une belle courge d'hiver
  • 1/2 tasse (125 ml) de noix de Grenoble
  • 1 cuillerée à thé (5 ml) de nectar d'agave
  • 1/4 de cuillerée à thé (1,2 ml) de cannelle
  • 1/2 cuillerée à thé (2,5 ml) de shoyu (ou tamari)
  • 1/2 cuillerée à thé (2,5 ml) de poudre de curry
  • cayenne au goût
  • sel au besoin
  • graines de nigelle pour garnir (optionnelles, mais tellement délicieuses!)
Pour la garniture, mettre dans un robot ou mini-hachoir les noix de Grenoble, le nectar d'agave, la cannelle, le shoyu, le curry et laisser tourner quelques secondes jusqu'à de que les noix soient hachées finement et que le mélange commence à former une boule dans le robot. Goûter et ajouter du sel et de la cayenne si nécessaire.
Pour faire les tartelettes, il faut 2 emporte-pièces ronds, dont l'un est légèrement plus petit que l'autre (j'ai utilisé un emporte-pièce de 7 cm et un de 3 cm). Il faut aussi du temps, de la patience et un couteau bien aiguisé :). S'il vous manque un de ces éléments, je recommande d'opter pour la formule canapé. Des tranches de courge d'environ un demi centimètre d'épaisseur, taillés à l'emporte-pièce si on le désire, et tartinés du mélange aux noix de Grenoble. Décorés de graines de nigelle, de graines de citrouille ou d'une demi-noix de Grenoble, ça donne un canapé original, croquant, sucré-salé-épicé.
Si on fait les tartelettes, il faut faire des tranches de courge (0,5 cm d'épaisseur) assez grandes pour être ensuite taillées avec le plus grand des 2 emporte-pièces. Pour 6 tartelettes, il faut 12 cercles découpés avec le grand emporte-pièce. Évider le centre de 6 de ces cercles avec le plus petit emporte-pièce. Il ne reste qu'à placer un cercle évidé sur un cercle complet pour obtenir une petite tartelette, prête à être remplie avec la garniture aux noix de Grenoble et décorée au goût.

samedi 11 octobre 2008

Petits matins verts

Le vert revient souvent sur notre table...même le matin! Voici la version du "smoothie" vert que je fais le plus souvent. Il est simple à réaliser, pas d'ingrédients compliqués, bourré de vitamines et sa saveur douce plaît même aux plus petits à la maison.
J'en offre donc un grand verre à Flo, de Bretzel et café crème, qui veut savoir ce qu'on mange au petit déjeuner. C'est parfait pour les mamans pressées, à ta santé Flo!

Smoothie déjeuner
(donne environ 1 litre)
  • 1 banane
  • 1 grosse pomme épluchée et épépinée
  • le jus de 2 oranges
  • 2 grosses poignées de feuilles d'épinards (on en ajoute au goût)
  • 1 verre d'eau (selon la texture désirée)
  • 1 cuillerée à table (15 ml) de graines de lin moulues (optionnel)
  • 1 cuillerée à table (15 ml) de purée d'amandes blanches (optionnel, on peu la faire soi-même)

Tout mettre dans un mélangeur ("blender"), laisser tourner jusqu'à ce que les feuilles d'épinards soient complètement liquéfiées, ajouter un peu d'eau pour obtenir une texture agréable à boire. Verser dans un grand verre, fermer les yeux et déguster!

mercredi 1 octobre 2008

Carpaccio de betterave, vinaigrette poire, noix et fève tonka

Après en avoir tant entendu parler, l'avoir vue partout et à toutes les sauces, je l'ai goûtée! Je suis probablement la dernière de toute la blogosphère culinaire à découvrir la fève tonka... mais grâce à Sophie qui m'en a envoyé un sachet (avec une montagne d'autres gourmandises, elle donne tous les détails ici si vous êtes curieux) je suis enfin tirée de l'ignorance. Merci Sophie!

Évidemment, depuis la réception des dites fèves, un nuage de poudre de tonka flotte dans ma cuisine. Je l'ai essayée avec le salé, le sucré, l'épicé... Je vous livre ici la combinaison qui a le plus charmé mes papilles.

Carpaccio
de betterave, vinaigrette poire, noix et fève tonka
(2 entrées ou 1 plat principal)
  • 1/2 poire épluchée et coupée en tout petits cubes
  • 1 1/2 cuillerée à table (22 ml) de nectar d'agave 
  • 1 cuillerée à table (15 ml) de jus de citron
  • 1 cuillerée à thé (5 ml) de vinaigre de cidre
  • 1 cuillerée à thé (5 ml) d'huile de noix
  • fève tonka fraîchement râpée, j'ai mis environ le 1/8 d'une fève
  • pincée de sel
  • 1 betterave moyenne épluchée et tranchée le plus finement possible (vive la mandoline!)
  • garniture: quelques noix de Grenoble, feuilles de betterave
Pour faire la vinaigrette, mélanger tous les ingrédients, sauf la betterave et les garnitures. Brasser doucement pour ne pas briser les cubes de poire. Goûter pour s'assurer que la vinaigrette est assez salée et qu'on sent bien la fève tonka.
Pour servir en entrée, placer les tranches de betterave dans une assiette plate, ajouter la vinaigrette en disposant coquettement les petits cubes de poire et décorer de quelques noix de Grenoble et de feuilles de betteraves si vous avez la chance d'en avoir.

vendredi 26 septembre 2008

Potage froid épinard et poire... avant qu'il ne fasse trop froid

Un petit potage à servir bien froid, pour profiter des derniers moments de chaleur. Bientôt, nous nous mettrons aux bonnes soupes consistantes et réchauffantes (oui oui, c'est possible même cru!), mais d'ici là, profitons des derniers jours de chaleur et de l'abondance de légumes pour savourer gaspachos et autres potages glacés...

Celui-ci est léger et crémeux, on ne goûte pas vraiment la poire, mais elle adoucit et sucre agréablement les épinards. Je l'ai servi décoré de quelques cubes de poire enfilés sur une branche de thym et généreusement saupoudré de gomasio doré.

Potage froid épinard et poire
(donne 500 ml de potage, soit 4 petites entrées ou 2 portions plus généreuses)
  • 1 poire épluchée
  • 1/2 tasse (125 ml) d'eau
  • 1/2 tasse (125 ml de lait d'amande (ou tout autre lait)
  • 1 tasse (250 ml) de feuilles d'épinards bien tassés (3 poignées)
  • 1 cuillerée à table (15 ml) d'oignon rouge haché
  • 1/2 cuillerée à thé (2,5 ml) de feuilles de thym frais
  • 1/4 de cuillerée à thé (1,2 ml) de curcuma
  • 1 pincée de muscade
  • 1 bonne pincée de sel
  • poivre noir
  • pour décorer: 1 poire épluchée en cubes, gomasio doré

Simplement passer tous les ingrédients au robot ménager ou au "blender". Goûter pour rectifier la quantité de sel. Idéalement, laisser refroidir 30 minutes avant de servir.

mercredi 24 septembre 2008

Carottes et pêches au thym frais... le retour

Décidément, cette combinaison de saveurs m'a marquée! La voici en version "smoothie"... encore meilleur qu'en salade si c'est possible. C'est extrêmement frais et fruité. Le thym ajoute une note boisée, on en met plus ou moins selon les goûts.

Le thym a des propriétés antiseptiques, antibactériennes, voire même antibiotiques. Il serait aussi tonique, énergisant et stimulant. Alors avec l'automne qui est officiellement arrivé et tous les petits virus, microbes, bactéries et autres bebittes qui font leur apparition avec la rentrée scolaire... un petit peu de thym ne fera pas de tort. Double dose pour moi s'il vous plaît!

Smoothie carottes et pêches au thym frais
(donne 1 grand verre)
  • 3 petites carottes toutes fraîches (bio si on veut garder la pelure)
  • 1 pêche épluchée
  • le jus d'une demie orange
  • 1/2 verre d'eau (plus ou moins selon la consistance désirée)
  • 1 branche de thym frais, les feuilles seulement, retirer les tiges

Passer tous les ingrédients au "blender" à haute vitesse assez longtemps pour que les carottes soient homogénéisées.

À moins d'avoir un "blender" ultra puissant de type Vitamix, le "smoothie" garde un peu de texture à cause de la pulpe de carotte. Pour obtenir un breuvage plus lisse, je préfère le passer dans un tamis très fin avant de servir.

Déguster sur des glaçon avec une paille... en oubliant l'automne et la grippe!

dimanche 21 septembre 2008

Carotte entière façon taboulé

Je lis présentement Green for Life de Victoria Boutenko, une ode aux légumes verts feuillus. Mme Boutenko, qui a popularisé le fameux "green smoothie", démontre dans ce petit ouvrage les bienfaits de la verdure sur la santé. Et elle est très convaincante!
Voici donc une recette que je dédie à toutes ces feuilles et ces fanes - carottes, navets, radis, betteraves - qui ont pris le chemin des ordures au lieu de se retrouver dans nos assiettes. Observons une minute de silence si vous le voulez bien...

Carotte entière façon taboulé
(environ 4 portions en entrée... selon la grosseur des carottes)
  • 3 carottes bio toutes fraîches, avec les fanes
  • 4-5 feuilles de menthe fraîche
  • quelques brins de ciboulette
  • 1 petite poignée de raisins secs
  • 1 "splash" de jus de citron
  • 1 "splish" d'huile d'olive
  • 1 pincée de sel

Laver les fanes de carottes, retirer les tiges plus coriaces et hacher les feuilles tendres comme si c'était du persil. Ajouter la menthe et la ciboulette hachées elles aussi.

Brosser les carottes, mais conserver la pelure (elles sont bio, après tout!). Couper en gros morceaux et passer au robot culinaire avec la lame en "S" avec la fonction "pulse" pour obtenir une texture de semoule grossière.

Ajouter aux fanes hachées, avec les herbes, les raisins secs, le sel, le jus de citron et l'huile en goûtant... les quantités variant selon le format des carottes et les préférences personnelles.

Mon premier objectif avec cette recette était de "passer" des feuilles de carottes dans une recette. J'ai été étonnée de constater que le feuillage des carottes était une herbe délicieuse! Une saveur forte mais très agréable, je dirais un croisement entre le persil, le cerfeuil et la livèche. La prochaine fois que je fais cette recette, je double la proportion de fanes.

samedi 20 septembre 2008

Les carottes sont crues... carottes et pêches au thym frais

Jusqu'à récemment, j'étais frileuse lorsqu'il était question de combiner fruits et légumes dans une même recette... une pomme dans la salade et je me trouvais bien originale! Lentement, à force de voir des combinaisons plus osées les unes que les autres sur les blogs, j'ai eu envie d'essayer moi aussi. Fraise-épinard? intéressant... Melon-concombre? étonnant... Mangue-tomate? renversant! Ajoutez une herbe fraîche et bien souvent la magie se produit, vous obtenez une saveur complexe, parfaitement équilibrée, qui ravit les papilles.

Carottes et pêches au thym frais
(2 portions en entrée ou 1 portion gourmande)
  • 1 pêche non épluchée en tranches fines
  • 1 carotte non épluchée en tranches très fines (j'ai utilisé à mandoline)
  • 2 cuillerées à table (30 ml) de jus d'orange frais
  • les feuilles d'un brin de thym frais
  • 1 pincée de sel
  • 1 coup de moulin à poivre

Mélanger tous les ingrédients délicatement. Il est important que la carotte soit tranchée assez mince pour être croquante sans être coriace. Laisser reposer au moins 30 minutes avant de déguster, pour laisser le temps à la mégie d'opérer...

mercredi 3 septembre 2008

Biscuits pomme avoine

Les enfants ont raffolé de ces biscuits. Je venais à peine de les mettre dans le déshydrateur (les biscuits, pas les enfants!) que déjà ils commençaient à disparaître (encore les biscuits...). Résultat: rendus au dessert, plus assez de biscuits pour tout le monde. Mais j'ai ma leçon, la prochaine fois, je fais une recette double, peut-être même triple.

J'ai utilisé de l'avoine mondé (souvent appelé amandes d'avoine dans les magasins d'aliments naturels). C'est simplement le grain d'avoine auquel on a enlevé l'écorce extérieure plus coriace. La saveur d'avoine est superbe, très riche. Un ingrédient à découvrir. Ne germe pas, mais peut être consommé après une nuit de trempage. À éviter toutefois en cas d'intolérance au gluten.

Biscuits pomme avoine
(donne 25 petits biscuits)
  • 1 tasse (250 ml) d'avoine mondée (amandes d'avoine) trempées une nuit et bien rincées
  • 1 belle grosse pomme rouge
  • 1/2 cuillerée à thé (2,5 ml) de cannelle
  • 1/2 tasse (125 ml) de canneberges séchées (ou raisins secs)
  • 2 cuillerées à table (30 ml) de nectar d'agave
  • 1 pincée de sel

Éplucher et épépiner la pomme et la hacher finement au couteau ou au robot. Réserver dans un bol.

Dans le robot mélangeur avec la lame en "S", mettre l'avoine trempée, rincée et bien égouttée avec la cannelle, l'agave et le sel. Laisser tourner assez longtemps pour que les grains d'avoine soient défaits, mais qu'il reste un peu de texture. Le mélange devrait ressembler à une pâte à biscuits.

Verser le mélange d'avoine dans le bol avec les pommes hachées et ajouter les canneberges séchées. Mélanger, goûter et ajuster la quantité de cannelle et d'agave au goût. On peut aussi ajouter des noix ou d'autres fruits secs au goût.

Former des petits biscuits avec une cuillère à soupe bombée de pâte sur le plateau du déshydrateur recouvert d'un "Paraflexx" ou d'un papier parchemin (sur une plaque à biscuits si on fait sécher au four ou au soleil).

Sécher une heure à 115 degrés Farenheit et retirer le "Paraflexx" ou le papier parchemin pour permettre au dessous des biscuits de sécher. Selon la grosseur et l'épaisseur des biscuits, le temps total de séchage devrait être entre 3 et 5 heures.

Nous avons remarqué que ces biscuits étaient à leur meilleur quand ils étaient encore moelleux et tout chauds sortis du déshydrateur.

lundi 1 septembre 2008

Guacamole... (r)osé

J'ai découvert cette recette chez Avocat & Chocolat en juillet dernier. Je m'étais bien promis de l'essayer, mais je remettais toujours à plus tard. Remplacer les tomates par des fraises dans le guacamole, l'idée est bien tentante, mais tout de même un peu osée... Me sentant probablement plus audacieuse ce soir qu'à l'habitude, je l'ai finalement fait ce guacamole! Les assaisonnements sont légèrement différents, mais la base reste la même: fraise-avocat. J'ai bien aimé le résultat, les fraises sucrées et acidulées complémentent à merveille la richesse de l'avocat et j'ai aimé le craquant et le piquant du poivre noir.

Guacamole rosé
  • 2 petits avocats
  • environ 8 fraises bien mûres
  • 5 feuilles de menthe fraîches (ou coriandre)
  • le jus d'un demi citron
  • un bonne pincée de sel
  • un généreux coup de moulin à poivre

Écraser les avocats à la fourchette, ajouter les fraises coupées en petits dés, les feuilles de menthe hachées, le jus de citron, le sel et un peu de poivre. Mélanger délicatement, rectifier l'assaisonnement au goût. On peu garnir des quelques dés de fraises, de menthe ciselée et de poivre noir fraîchement moulu.

Le guacamole ne se mange pas qu'avec des chips de maïs, il est parfait comme trempette, pour garnir des sandwiches ou farcir des légumes crus.

dimanche 31 août 2008

Barres tendres courgettes cacao

Pour célébrer la rentrée, une barre tendre très pratique, et surtout très énergétique, contenant une bonne dose de cacao. Mais pas n'importe quel cacao... du cacao cru! Évidemment, on peut utiliser le cacao régulier (qui a été torréfié), mais pour les maniaques du chocolat, le cacao cru vaut le détour. Je dis bien détour, parce que vous ne le retrouverez pas sagement installé sur les tablettes du supermarché... Il faut aller le chercher dans son habitat naturel: la boutique spécialisée en alimentation vivante (dans les grandes villes ou sur Internet).

Le cacao cru se présente sous forme de poudre, d'éclats ou de fève entière et la saveur varie selon sa provenance et son taux de fermentation. Il semblerait que plus il est fermenté, plus son goût devient riche et chocolaté. À l'inverse, s'il n'est pas fermenté, son goût serait plus subtil, un soupçon poivré, délicieux tant dans les plats salés que sucrés... mais ce n'est pas moi qui le dit, c'est Miss Green Ouitche. Je me fie à sa parole, personnellement je n'ai goûté qu'à un cacao fermenté à 70%... mais j'ai bien hâte d'en essayer un non fermenté.

Après avoir été longuement considéré comme une friandise néfaste pour la santé (à cause de tout le sucre et les gras saturés qu'on lui ajoute pour en faire un chocolat économique), la "nourriture des dieux" des Mayas a enfin retrouvé ses lettres de noblesse. Le cacao est un des aliments les plus riches en antioxydants et les études prouvent qu'il diminue significativement les risques de plusieurs maladies cardiovasculaires. C'est aussi une source importante de plusieurs sels minéraux. Voir ici pour plus de détails sur les qualités nutritionnelles de cacao et du chocolat.

Alors sans plus tarder, voici la recette miracle qui permettra de passer quelques courgettes en trop, fera une collation pratique et rapide idéale pour la rentrée et chassera le "blues" automnal:

Barres tendres à la courgette et au cacao
(18 barres)
  • 2 tasses (500 ml) de courgettes râpées
  • 1 tasse (125 ml) de noisettes (ou amandes) trempées une nuit
  • 3/4 de tasse (190 ml) de noix de coco séchée
  • 1/3 de tasse (85 ml) de poudre de cacao (cru si possible!)
  • 1/3 de tasse (85 ml) d'éclats de fève de cacao (optionnel)
  • 1/4 de tasse (65 ml) de nectar d'agave
  • 1/2 tasse (125 ml) de dattes tendres style medjool
  • 1/4 de tasse (65 ml) de graines de chia (ou graines de lin)
  • 1 cuillerée à thé (5 ml) de cannelle
  • pincée de muscade
  • pincée de sel
  • pour un effet "coup de fouet" plus marqué, on peut ajouter 1 cuillerée à thé (5 ml) de poudre de maca et une bonne pincée de cayenne

Commencer par râper les courgettes et les saupoudrer d'une pincée de sel pour qu'elles dégorgent un peu.

Bien rincer les noisettes trempées une nuit et les mettre dans un robot mélangeur avec les dattes (trempées si elles sont trop sèches), l'agave, la poudre de cacao, la cannelle et la muscade. Faire tourner quelques coups à "pulse" pour bien mélanger, mais garder une texture granuleuse. On ne veut pas une pâte lisse. Laisser dans le robot.

Mettre les courgettes râpées dans une passoire pour enlever l'excédant d'eau. Pas besoin de tordre, c'est seulement pour raccourcir un peu le temps de déshydratation.

Ajouter les courgettes dans le robot (où il y a encore le mélange noisettes, dattes, etc.) et faire seulement 2 ou 3 petits coups de "pulse". On garde un peu la texture de la courgette râpée.

Transférer dans un bol et ajouter les éclats de cacao, la noix de coco et les graines de chia et finir de mélanger à la cuiller (ou à la main, encore mieux!).

On peut goûter et ajouter du cacao, du nectar d'agave ou des épices au goût.

Étendre sur un "paraflexx" ou un papier parchemin sur un plateau de déshydrateur ou une plaque à biscuit si on les fait au four. Moi, ça me donne 1 plateau excalibur, entre 0,5 et 1 cm d'épaisseur. Déshydrater (à 115) environ 4 heures avant de tourner, d'enlever le paraflexx et de tailler en barres. Remettre au déshydrateur environ 8 heures (une nuit pour moi). J'aime les garder assez tendres, mais on pourrait continuer la déshydratation plus longtemps pour que les barres soient croquantes.

mardi 12 août 2008

Tomate et mangue au curry pour oublier la pluie

Mangue, tomates fraîches du jardin, curry et basilic... un mariage heureux qui permet d'oublier la pluie quelques instants. La recette originale se retrouve chez Diane et Nono. Une belle découverte, une recette que je vais faire et refaire pendant toute la saison des tomates... qu'il pleuve ou fasse soleil!

Tomate et mangue au curry
(1 ou 2 portions, selon les appétits)
  • 2 tomates
  • 1 mangue
  • 1 cuillerée à table (15 ml) de jus de citron
  • 2 cuillerées à table (30 ml) de jus d'orange
  • 1 cuillerée à table (15 ml) d'huile d'olive
  • 1/4 de cuillerée à thé (1,2 ml) de poudre de curry ( au goût)
  • poivre fraîchement moulu
  • 1 pincée de sel
  • 5 feuilles de basilic finement ciselées (pour la garniture)
  • pétales de souci ( tout à fait optionnel, mais très joli en garniture)

Faire la vinaigrette en mélangeant jus de citron et d'orange, huile d'olive, curry, sel et poivre. Verser sur la mangue et les tomates tranchées dans une grande assiette. Garnir de basilic haché et de pétales de souci (si vous avez la chance d'en avoir). Déguster en imaginant qu'il fait soleil.

vendredi 8 août 2008

Deux pesto pour une courgette

Voici une façon intéressante de servir les courgettes, surtout pour les jardiniers novices et enthousiastes comme moi qui se sont un peu laissé emporté ce printemps lors des semis et qui se retrouvent avec des dizaines de courgettes prêtes en même temps. Intéressante aussi pour ceux qui évitent les pâtes, soit pour limiter les glucides, soit à cause d'une intolérance au gluten. Et finalement, intéressante pour les crudivores, qui ont envie de retrouver la saveur et la texture des pâtes al dente au pesto tout en restant crus.

Évidemment, ces pesto seraient délicieux servis sur des pâtes... mais pourquoi ne pas laisser la chance aux courgettes?

Pesto coriandre et noix de cajou
  • ¼ de tasse (60 ml) de feuilles de coriandre bien tassées
  • ¼ de tasse (60 ml) de noix de cajou crues
  • 2 cuillerées à table (30 ml) d'huile d'olive
  • sel

Pesto basilic citronné

  • 1 tasse (250 ml) de feuilles de basilic bien tassées
  • 2 cuillerées à table (30 ml) de pignons
  • 1 petite gousse d'ail
  • 2 cuillerées à thé (10 ml) de jus de citron
  • ¼ de cuillerée à thé (1,2 ml) de zeste de citron
  • ¼ de tasse (60 ml) d'huile d'olive
  • généreuse pincée de sel

Préparation des courgettes:
On peut tailler les courgettes avec un économe pour obtenir des rubans de type tagliatelles ou à la mandoline (avec la lame à julienne) pour obtenir des courgettes au « look » de spaghettis. On peut servir aussitôt les courgettes napées de pesto mais elles seront plus croquantes. Je préfère les saler légèrement et les laisser dégorger environ 30 minutes à la température de la pièce et ensuite les égoutter dans une passoire. Elles sont encore légèrement croquantes, mais plus souples, comme si elles avaient été blanchies. Les courgettes ainsi préparées sont délicieuses avec n'importe quelle sauce qu'on servirait avec des pâtes. Elles sont bonnes aussi en salade, en antipasto, etc.

Préparation du pesto:
J'utilise la méthode facile: tous les ingrédients dans le robot mélangeur et faire tourner par accoups pour garder un peu de texture. Goûter pour ajuster le sel... comme il n'y a pas de parmesan, il faut y aller assez généreusement.

mardi 5 août 2008

Salade de patate douce, sauce cajou-curry

Une belle salade très fortement inspirée de la Salade de patate douce et carotte aux deux fruits, sauce cajou-curry trouvée chez La Belle au Blé Dormant. J'ai fait quelques modifications parce que je n'avais pas tous les ingrédients sous la main, mais je suis restée aussi près que possible de la recette originale pour la sauce et j'ai bien fait. Crémeuse, sucrée et légèrement épicée, cette vinaigrette est un délice! À essayer sur n'importe quelle salade alliant fruits et légumes.

Salade de patate douce, sauce cajou-curry
(2 généreuses portions)

Salade:
  • 1 petite patate douce crue
  • 1/2 pomme rouge
  • une poignée de petits pois fraîchement écossés crus
  • 2 dattes coupées en morceaux

Sauce:

  • 40 grammes de noix de cajou crues
  • jus d'une petite orange
  • pincée de poudre de curry
  • sel et poivre
  • eau au besoin si la sauce est trop épaisse

Garniture:

  • quelques feuilles de coriandre fraîche
  • quelques noix de cajou crues

Pour la salade, éplucher la patate douce et la tailler en rubans à l'aide de l'économe. J'ai préféré rincer les rubans de patate douce pour enlever un peu d'amidon, mais c'est optionnel. Faire de minces tranches de pomme (en laissant la pelure si elle est bio). Répartir les ingrédients de la salade dans les 2 assiettes.

Pour la sauce, moudre les noix de cajou au moulin à café ou au mini-hachoir et transférer dans un bol. Ajouter les autres ingrédients de la sauce, bien mélanger et ajouter un peu d'eau si c'est trop épais. Ajuster les assaisonnement.

Verser la sauce sur les salades et garnir de noix de cajou et de feuilles de coriandre fraîche.

Craque-lin


Un autre classique de la cuisine crue. Un craquelin à la texture légère et croquante et au goût assez neutre. Parfait pour les trempettes ou simplement pour accompagner les salades. Très simple à faire, la technique fait peut-être un peu peur mais il suffit d'oser l'essayer une première fois pour la maîtriser.
Craque-lin
(donne une trentaine de craquelins)
  • ½ tasse (125 ml) de gaines de lin entières (dorées ou brunes)
  • 1 tasse (250 ml) d'eau
  • ½ tasse (125 ml) d'amandes en poudre
  • 2 cuillerée à table de graines de pavot (facultatif)
  • ¼ de cuillerée à thé (1,2 ml) de sel
Laisser tremper les graines de lin dans l'eau 20 minutes. Ne pas égoutter. Ajouter les autres ingrédients. La pâte doit pouvoir s'étendre à la spatule assez facilement, ajouter un peu d'eau au besoin. Étendre cette pâte très mince sur une plaque recouverte de papier sulfurisé ou sur 2 plateaux de déshydrateur de type Excalibur recouverts d'un Teflex. Donne 2 carrés de 25 cm de côté. Si on fait sécher au four, on règle à température minimale et on laisse la porte entrouverte. Le temps de séchage dépendra de votre four. Au déshydrateur à 105 degrés farenheit, le séchage prend environ 8 heures. À mi-séchage (ou dès que les craquelins sont assez fermes pour être manipulés), on tourne les craquelins et on enlève le teflex ou le papier parchemin pour permettre au dessous de bien sécher. On peut tailler les craquelins à cette étape, ou les laisser sécher complètement pour ensuite les casser en gros morceaux pour un « look » plus rustique. Remettre ensuite à déshydrater les craquelins taillés ou non. Les craquelins sont prêts lorsqu'ils sont bien secs et friables. Conserver dans une boîte hermétique pour qu'ils gardent leur croquant.

jeudi 31 juillet 2008

Tartare de betterave au pamplemousse rose

Depuis que j'ai rencontré le tartare de betterave chez Betterave Urbaine, j'ai envie de l'essayer... mais la betterave crue me faisait un peu peur avec sa saveur légèrement terreuse et sa texture très, peut-être trop, croquante. J'ai alors pensé à l'associer à l'avocat afin de lui ajouter un peu de moelleux et au pamplemousse qui la complémente à merveille en faisant ressortir sa saveur sucrée et fruitée... en plus de me permettre de participer à la neuvième édition du Sucré s'invite chez le Salé organisé par Sha! Tartare de betteraves au pamplemousse rose (donne 4 petites entrées ou 2 portions en plat principal)
  • 2 betteraves crues épluchées et taillées en gros cubes
  • 1 pamplemousse épluché à vif et taillé en suprêmes (conserver le jus)
  • 1 avocat épluché et noyau enlevé
  • le jus d'un demi citron (une partie pour la betterave et une partie pour l'avocat)
  • un filet d'huile d'olive
  • 1 brin d'aneth haché (optionnel)
  • 1 petite échalote sèche hachée
  • sel

Hacher le betterave au robot culinaire, pas trop longtemps, il faut garder une texture croquante. Transférer dans un bol et assaisonner légèrement avec le jus de pamplemousse et de citron, l'huile d'olive, l'aneth, l'échalote et le sel. Dans un autre bol, écraser l'avocat à la fourchette et l'assaisonner de jus de citron et d'une généreuse pincée de sel. Pour le montage on peut utiliser un petit cercle à pâtisserie (une boîte de conserve ouverte des deux côtés fait très bien l'affaire), on le dépose au fond de l'assiette et on fait un étage de betterave assaisonnée (on peut l'égoutter pour une plus belle présentation), un étage d'avocat et un étage de suprêmes de pamplemousse. On retire ensuite le cercle à pâtisserie, on essuie bien l'assiette et le tour est joué! Délicieux servi avec des craque-lins et des chips de betterave. Parfait pour l'entrée, mais ferait aussi un repas léger mais nourrissant.

Chips de betterave

Éplucher une betterave et en faire de minces rubans à l'économe ou la trancher très mince à la mandoline. Éponger ces rubans sur un essuie-tout, les déposer sur le plateau du déshydrateur ou sur une plaque recouverte de papier surfurisé, badigeonner d'huile d'olive et saupoudrer de sel. Déshydrater au four à température minimale ou au déshydrateur jusqu'à ce que les rubans de betterave commencent à être croustillants.

La recette de craque-lin suivra bientôt.

mardi 29 juillet 2008

L'importance du trempage et de la germination des noix et graines et recette de purée d'amandes germées

Lorsqu'on ne consomme qu'occasionnellement des noix ou des graines, c'est moins important de les faire tremper ou germer. Toutefois, si on en consomme quotidiennement comme le font beaucoup d'adeptes du crudivorisme, le trempage devient essentiel pour trois raisons:
  1. Les noix, légumineuses et céréales contiennent des inhibiteurs enzymatiques tels l'acide oxalique et l'acide phytique qui rendent la digestion plus difficile et diminuent le taux d'absorption de certains minéraux, le fer et le calcium entre autres. Le trempage et la germination (idem pour la cuisson) éliminent une partie de ces inhibiteurs. C'est pourquoi il est important de bien rincer les graines après le trempage et de ne jamais consommer l'eau de trempage.
  2. Le trempage et à plus forte raison la germination augmente la quantité de vitamines, minéraux et de protéines qu'on retrouve dans les graines (de 300 à 12000%).
  3. Les mêmes transformations qui ont cours pendant la digestion se produisent pendant la germination: les protéines sont décomposées en acides aminés, les lipides en acides gras et l'amidon en sucres simple. La digestion est donc grandement facilitée et les nutriments deviennent plus facilement assimilables par l'organisme.

S'il est vrai que ce n'est pas facile de penser à l'avance de faire tremper ou germer les graines qu'on aura envie de manger dans 3 ou 4 jours, il y a tout de même des moyens pour se dépanner. Si on est mal pris, mieux vaut un trempage de 30 minutes ou même simplement un rinçage que rien du tout. On peut aussi tremper ou faire germer à l'avance les noix, les graines ou certaines céréales (sarrasin par exemple) et ensuite les déshydrater. Elles auront les côtés pratiques des graines séchées (conservation, facilité d'utilisation) et les avantages nutritionnels des graines germées.

Moi, mon dépanneur, c'est la purée d'amandes germées. J'essaie de toujours en avoir un petit pot au frigo. Mélangé à de l'eau, c'est une crème ou un lait d'amandes instantané, on en met une cuillerée dans les smoothies verts pour le rendre plus crémeux et plus soutenant, pour épaissir les potages crus c'est magique ou on peut lui ajouter un peu d'eau, de jus de citron et quelques assaisonnements pour obtenir une délicieuse vinaigrette ou trempette.

Purée d'amandes germées

(donne un peu plus de 125 ml de purée)

  • 1 tasse (250 ml) d'amandes crues
  • 1 à 2 cuillerées à thé (5-10 ml) d'huile végétale assez neutre (on peut aussi préférer ajouter une huile de noix, de noisette ou de chanvre pour donner un goût à la purée)

Laisser tremper les amandes une nuit, les rincer au matin et les laisser germer dans la passoire toute la journée en les rinçant une fois ou deux. Le germe n'est pas encore visible, mais il est bien là. Le soir, rincer les amandes une fois de plus, mettre de la musique relaxante, s'asseoir confortablement et enlever la pelure brune sur les amandes. Profiter du moment de méditation culinaire.

Une fois les amandes épluchées, les rincer, les sécher délicatement dans un linge et les mettre à sécher. J'utilise le déshydrateur réglé à 105 degrés Farenheit, mais on pourrait commencer le séchage au four à température minimum et le terminer à température de la pièce.

Lorsque les amandes sont bien sèches, le temps est enfin venu de faire la purée. Je fais la mienne dans un robot culinaire. Il faut laisser tourner très longtemps en arrêtant régulièrement pour ne pas que les amandes chauffent. Lorsque les amandes commencent à former une pâte, j'ajoute 1 cuillerée à thé d'huile. On laisse tourner encore un peu, on peut ajouter plus d'huile si le beurre n'est pas assez crémeux, certaines amandes contiennent moins d'huile. Le beurre est prêt lorsqu'il a une texture de pâte à modeler très ferme. Mettre en pot et garder au réfrigérateur.

dimanche 27 juillet 2008

Soupe au miso

Pour faire changement du gaspacho, une petite soupe d'inspiration japonaise dont la recette s'adapte facilement aux légumes disponibles et aux goûts.

Cette soupe au miso est servie tiède pour ne pas détruire les enzymes et les lactobacilles (probiotiques) qui y vivent et à qui nous offrirons un nouveau logis dans notre système digestif, pour notre plus grand bien... ça c'est de l'alimentation vivante! Quelques informations sur les bienfaits du miso sont disponibles ici. Si cette introduction ne vous a pas coupé l'appétit, voici la recette:

Soupe au miso
(pour un petit bol, doubler si on veut une soupe repas)
Bouillon:
  • 1/2 tasse (125 ml) d'eau tiède
  • 1 cuillerée à thé (5 ml) de miso
  • si on veut, on peut ajouter des assaisonnements au goût. Mes favoris: un peu de gingembre frais râpé, du piment fort, de l'huile de sésame.

Légumes:

  • courgette taillée à la mandoline
  • épinards coupés en fins rubans
  • champignons tranchés mince
  • échalote émincée
  • algue aramé (ou une autre au goût) trempée 15 minutes dans de l'eau puis égouttée

Mélanger le miso avec l'eau et les assaisonnements. Goûter et mettre un peu plus d'eau si c'est trop salé ou de miso si c'est trop doux. Plus on met de légumes, plus le bouillon doit être assaisonné. Ajouter à ce bouillon les légumes au choix, en quantité désirée.

jeudi 24 juillet 2008

Fleur de pâtisson chocolat et piment d'Espelette



C'est la quinzaine du pâtisson chez Lavande. Mais les pâtissons, dans mon coin, ils sont encore en fleur! Je me suis donc permis une délicieuse petite tricherie et j'ai utilisé la fleur de pâtisson comme bol comestible pour cette étonnante mousse au chocolat.
Même sans fleur de pâtisson pour la présentation, je conseille fortement d'essayer cette recette de crème chocolatée. C'est un classique de l'alimentation crue, on l'utilise dans des tartes, des bagatelles, pour y tremper des fruits ou simplement comme "pouding". C'est la curiosité qui m'a poussée à essayer cette recette pour la première fois. J'ai été bien étonnée lorsque j'ai constaté que ce n'était pas seulement mangeable, c'était un vrai délice! Une mousse au chocolat dense et crémeuse... sans goût d'avocat! J'en refais maintenant de temps en temps et c'est un dessert toujours apprécié chez moi.

Fleur de pâtisson chocolat et piment d'Espelette
(donne suffisamment de crème chocolatée pour farcir 2 fleurs de pâtisson, ou pour faire 4 coupes individuelles)
  • 1 avocat
  • 3 cuillerées à table (45 ml) de cacao cru (ou de cacao non sucré régulier)
  • 3 cuillerées à table (45 ml) de nectar d'agave (ou sirop d'érable)
  • pincée de sel
  • piment d'Espelette pour saupoudrer avant de servir (optionnel, on peut mettre l'assaisonnement qui nous plaît: cannelle, zeste d'orange, poivre long, etc.)
Passer l'avocat épluché et noyau enlevé au mélangeur avec le cacao, l'agave et le sel. Mixer quelques secondes et c'est tout! Répartir la crème chocolatée dans les 2 fleurs de pâtissons ou les coupes, saupoudrer de piment d'Espelette et servir à vos invités en les mettant au défi de deviner les ingrédients...

mardi 22 juillet 2008

Pesto de menthe sur carpaccio de melon

Une belle recette toute fraîche empruntée chez Sophie. Tellement belle et fraîche, cette recette, qu'elle a gagné un prix au concours Parfum de menthe, félicitations Sophie!
Ce pesto sucré m'était aussitôt tombé dans l'oeil, mais j'ai dû attendre quelques semaines avant de l'essayer, les plants de menthe de mon jardin n'étaient pas encore assez fournis. Mais je les guettais... et dès qu'ils ont été assez costauds, je les ai dépouillés du quart de leurs feuilles pour enfin réaliser cette recette. Et ça en valait la peine! Servi au déjeuner avec de fines tranches de melon, c'était un délice, mais ça aurait fait une entrée originale ou un dessert léger. J'imagine bien ce pesto sur une salade de fruits ou même avec un dessert au chocolat.
Je me suis permis quelques petites modifications, mais allez voir ici pour la recette originale présentée sur un carpaccio de fraises.

Pesto sucré de menthe
(donne 125 ml)
  • 1 gros bouquet de menthe, tiges enlevées (ça m'a donné 2 tasses (500 ml) de feuilles non tassées)
  • 2 cuillerées à table (30 ml) de pignons
  • 3 cuillerées à table (45 ml) d'huile d'olive pressée à froid
  • 1 cuillerée à table (15 ml) de jus de citron
  • 1 cuillerée à table (15 ml) de nectar d'agave 
Sophie fait son pesto avec un mortier et un pilon... mais j'avoue que, pour faire plus rapide, j'ai simplement tout mis dans le robot et laissé tourner jusqu'à ce que la consistance soit à mon goût. Simple et polyvalent.

dimanche 20 juillet 2008

Gaspacho dans une tomate

J'ai vu des dizaines de gaspachos plus originaux les uns que les autres sur les blogs ces dernières semaines. Les combinaisons légumes et fruits sont à l'honneur: Tarzile en fait un aux tomates et fraises, chez Cannelle et Cacao il est au melon et chez Flo Bretzel, c'est pastèque tomate.
Le mien n'est pas très original, tomate concombre, c'est assez conservateur, mais lorsqu'il est fait avec des légumes frais du jardin, c'est un délice. Pour faire pardonner sa simplicité, je lui ai fait une une présentation coquette.

Gaspacho dans une tomate
(2 portions)
  • 2 belles tomates évidées, la chair réservée
  • ½ tomate
  • 1/3 de tasse (60 ml) de concombre en morceaux
  • la moitié d'une petite gousse d'ail
  • 2 cuillerées à table (30 ml) d'oignon vert haché
  • 5 feuilles de basilic
  • une dizaine de pignons
  • pincée de sel
  • pincée de piment d'Espelette
pour décorer:
  • filet d'huile d'olive
  • quelques pignons
  • piment d'Espelette
  • basilic frais
Passer tous les ingrédients au mélangeur, y compris la chair des tomates évidées. On peut garder la texture des légumes ou mixer plus longtemps pour obtenir un potage crémeux. Pour une meilleure saveur, réfrigérer au moins une heure. Au moment de servir, verser le gaspacho dans les tomates évidées et décorer au goût.

dimanche 13 juillet 2008

Laitues et fraises à l'estragon en parfait

Je viens de découvrir l'association fraises-estragon. Un délice! Depuis, je l'essaie à toutes les sauces, littéralement. La voici, selon moi, à son meilleur: avec de jeunes laitues tendres et fraîches et une onctueuse crème de noix de cajou. J'ai choisi d'alterner des étages de laitue, de fraises assaisonnées et de crème de cajou dans un grand verre, comme un parfait, mais cette recette serait délicieuse en verrine ou dans une assiette comme salade repas.
Laitues et fraises à l'estragon en parfait
(2 grandes portions ou 4 verrines)
Étage de fraises à l'estragon:
  • 1 tasse (250 ml) de fraises tranchées
  • 1 brin d'estragon frais haché (seulement les feuilles)
  • filet d'huile d'olive pressée à froid
Étage de crème de cajou:
  • ½ tasse (125 ml) de noix de cajou crues trempées 1 ou 2 heures dans de l'eau fraîche puis rincés et égouttées
  • ¼ de tasse (60 ml) d'eau
  • 2 cuillerées à thé (10 ml) de nectar d'agave
  • 2 cuillerées à table (30 ml) de jus de citron
  • 1 bonne pincée de sel
Étage de laitue:
  • environ 2 poignées de laitues tendres, épinards ou mesclun au goût
Mélanger les fraises, l'estragon et l'huile d'olive et laisser en attente. Mettre tous les ingrédients de la crème de cajou dans le bol du mélangeur et laisser tourner à grande vitesse jusqu'à ce que le mélange ressemble à de la crème épaisse. Ajouter un peu d'eau au besoin. Goûter pour ajuster la quantité de sel.
Pour le montage en parfait, commencer par mettre une bonne couche de laitue dans le fond du verre, ajouter ensuite un étage de fraises assaisonnées puis une généreuse cuillerée de crème de cajou. Continuer en alternant les étages.

jeudi 10 juillet 2008

Pain multigrains tout cru


Les pains crus sont souvent faits de céréales trempées, germées, broyées en une pâte avec des aromates puis déshydratées, comme les pains Essène qu'on retrouve dans les épiceries bio. En voici une version à base de noix et de graines, bien utile lorsqu'on n'a pas prévu à l'avance le trempage et la germination. Il a aussi l'avantage d'être sans gluten. La texture est plus friable par contre, donc pas idéale pour les sandwich, mais parfait pour les tartines. Si on n'a pas de déshydrateur, il est possible de faire ce pain au four, à la température la plus basse en laissant la porte entrouverte. Le temps de séchage sera toutefois réduit.
Pain multigrains
(donne 1 plateau de déshydrateur type Excalibur, que j'ai coupé en 9 "tranches")
  • 1 pomme
  • 1/2 courgette
  • 1 petite carotte (ou l'autre moitié de la courgette)
  • 2 cuillerées à table (30 ml) d'huile d'olive pressée à froid
  • 1 cuillerée à table (15 ml) de jus de citron
  • 1/2 cuillerée à thé (2,5 ml) de sel de mer gris
  • 1 tasse (250 ml) d'amandes crues réduites en farine (j'utilise le moulin à café)
  • 2 cuillerées à table (30 ml) de graines de lin moulues (au moulin à café aussi)
  • 3 cuillerées à table (45 ml) de graines de sésame entières
  • 1/2 tasse (125 ml) de graines de tournesol entières
Liquéfier au mélangeur la pomme, les légumes, l'huile d'olive, le jus de citron et le sel. Transférer dans un bol, ajouter le reste des ingrédients et mélanger doucement à la cuiller ou à la main. Lors que la pâte est homogène, la déposer sur le plateau du déshydrateur couvert d'un « Teflex » ou d'un papier parchemin. Si on utilise le four, mettre la pâte sur une plaque à cuisson recouverte d'un papier parchemin. Étendre la pâte à 1 cm d'épaisseur, pour obtenir un carré d'environ 25 cm de côté. Mettre au déshydrateur à 105 Farenheit ou au four entrouvert à température minimale. Après 2 ou 3 heures, ou dès que la pâte est être assez ferme pour être manipulée, la retourner, enlever le papier parchemin ou le « Teflex » pour laisser sécher le dessous et la tailler en selon la grandeur désirée. Il est plus facile de couper le pain à cette étape-ci, avant qu'il ne soit trop friable. Remettre au déshydrateur environ 10 heures (ou toute la nuit). Si on utilise le four, le temps de séchage varie selon la température alors vérifier régulièrement. On peut laisser sécher plus ou moins selon les goûts, plus on laisse le pain sécher longtemps, plus il devient friable, un peu comme un craquelin.
C'est un pain qui se conserve très longtemps au réfrigérateur, mais il peut rester facilement quelques jours à la température de la pièce. Il est idéal pour la randonnée ou le camping. Une recette différente, une façon de "cuire" originale, mais qui offre de multiples possibilités une fois qu'on l'a apprivoisée.

mardi 8 juillet 2008

Croustade abricots à la cannelle "vraie"

Pas de cuisson pour cette petite croustade (ou "crumble") toute simple, mais quelques heures de trempage à prévoir pour les noisettes et les abricots secs.
Dans cette recette, j'ai utilisé de la cannelle vraie. J'ai découvert il y a quelques temps que la cannelle qu'on achète au supermarché, qu'elle soit en poudre ou en bâtons, tout comme celle qu'on retrouve dans les pâtisseries commerciales n'est pas de la vraie cannelle. Eh! non, c'est de la fausse cannelle, de la "casse". C'est bien bon la casse, mais je suis heureuse d'avoir trouvé de la cannelle vraie, je la trouve plus douce et plus parfumée que la casse. La saveur s'harmonise parfaitement avec les abricots. Évidemment, la casse aurait été tout aussi bonne dans cette recette.
Croustade abricots et cannelle
(4 verrines de 125 ml pleines à ras bord ou 5 verrines un peu plus sages)

Garniture aux fruits:
  • 6 abricots frais
  • 2 cuillerées à table (30 ml) de nectar d'agave (ou sirop d'érable)
  • pincée de cannelle
Garniture croustillante
  • 3/4 de tasse (180 ml) de noisettes trempées dans de l'eau (quelques heures ou une nuit)
  • 6 abricots séchés (choisir les noirs, ceux qui sont non sulfurés) trempés dans le jus d'une orange (quelques heures ou une nuit)
  • 1/2 tasse (125 ml) de noix de coco séchée non sucrée
Pour la garniture aux fruits, réduire en purée dans le mélangeur 2 des abricots frais avec le nectar d'agave et la cannelle. Transférer cette purée dans un bol et y ajouter les 4 abricots restants qui auront été coupés en tranches assez minces. Bien mélanger, goûter pour rectifier la quantité de nectar d'agave ou de cannelle et verser au fond des verrines.
Pour le croustillant, toujours dans le mélangeur (même pas besoin de le laver!), mettre les 6 abricots secs bien égouttés et les réduire en purée. Ajouter les noisettes bien rincées et égouttées elles aussi et laisser fonctionner le mélangeur quelques secondes à la fois (fonction "pulse") jusqu'à l'obtention d'une texture grumeleuse semblable à celle d'une croustade traditionnelle. Ajouter la noix de coco et mélanger seulement quelques secondes pour qu'elle soit incorporée à la préparation. Répartir le croustillant sur les verrines.
Idéalement, on laisse reposer au moins 1 heure avant de goûter, les saveurs se mélangent et surtout, la texture du croustillant devient plus intéressante, moelleuse et croustillante à la fois. J'en déguste justement une pendant que j'écris ce message, miam!

mercredi 2 juillet 2008

Fruits aux pétales de rose

Les rosiers sauvages sont en fleur et leur parfum délicieux m'a donné envie d'en incorporer dans une recette. Je connaissais déjà la salade de fruits à l'eau de rose, alors j'ai pensé à ajouter des pétales tout frais directement dans la salade de fruits. J'avais peur que le goût soit trop capiteux, mais non, c'est très subtil et pas trop floral.
On pourrait sûrement simplement ajouter une poignée de pétales de rose sauvage (églantier) hachées à n'importe quelle salade de fruits, mais j'ai préféré laisser mariner les pétales dans le jus d'une orange avant d'ajouter les fruits pour que le jus prenne bien le goût de la rose.
Fruits aux pétales de rose
  • le jus d'une orange
  • 30 ml d'eau
  • environ 5 ml de nectar d'agave (facultatif, mon orange était très acide)
  • 25 pétales d'églantier (Rosa canina) bien lavées et hachées
  • 1/2 banane tranchée
  • 250 ml de cubes de melon d'eau
  • 250 ml de fraises tranchées
Laisser macérer les pétales de rose dans le jus d'orange, l'eau et le nectar d'agave une heure ou plus. Ajouter les fruits et servir aussitôt ou réfrigérer pour laisser les goûts se mélanger un peu plus longtemps. J'ai goûté à la salade à température de la pièce, mais je l'ai trouvée meilleure bien froide.
Évidemment, quand on veut cuisiner avec des fleurs sauvages, il faut être bien certain qu'elles soient exemptes de pesticides.

lundi 30 juin 2008

Sorbet granité melon et menthe


Après les salades chez Lavande, c'est la menthe chez Missrimel! En tant que nouvelle blogueuse enthousiaste, je ne peux résister à ce genre de défis alors j'ai concocté un petit dessert, ni tout à fait sorbet, ni tout à fait granité mais tout à fait rafraîchissant! C'est une recette toute simple et très santé. On peut congeler les cubes de melon à l'avance.

Sorbet granité melon et menthe
  • 4 tasses (1 litre) de cubes de melon d'eau (pastèque) congelés
  • 3 cuillerées à table (45 ml) de jus de citron
  • 2 cuillerées à table (30 ml) de nectar d'agave
  • 20 feuilles de menthe lavées et hachées
Mettre tous les ingrédients sauf le melon dans le bol d'un robot culinaire ou dans un mélangeur ("blender"). Les deux fonctionnent, mais c'est plus rapide avec le robot. Mélanger pour que la menthe soit hachée très finement. Ajouter les cubes de melon congelés et mélanger jusqu'à l'obtention d'une texture homogène. Servir aussitôt. On peut aussi laisser la préparation prendre un peu plus au congélateur en brassant et grattant régulièrement avec une fourchette pour éviter que le tout ne se transforme en un bloc de glace. La texture sera alors plus proche du granité. À déguster assis au soleil!