lundi 28 décembre 2009

Sorbet minute à l'orange

Parfait pour rafraîchir et "vitaminer" les desserts un peu trop lourds du temps des fêtes. Servi tel quel à la fin du repas ou pour accompagner un desserts chocolaté, c'est divin. J'ai hésité avant d'essayer, peur que ce soit trop acide, pas assez crémeux, mais même si on est loin des crèmes glacées hyper veloutées à la mangue ou au kaki, le résultat est étonnant! La texture est très agréable, pas comme une crème glacée, mais comme un bon sorbet. Et comme c'est fait à base d'oranges entières, à peine sucrées, pas de raison de se priver d'une aussi agréable source de vitamine C!

Sorbet à l'orange
  • 2 oranges épluchées, séparées en quartiers et congelées
  • le jus d'une orange
  • 1 cuillerée à table (15 ml) de nectar d'agave (on peut omettre si les oranges sont sucrées)
  • une pincée de zeste d'orange

Mettre tous les ingrédients dans un robot culinaire avec un lame en "S" ou un blender. Mélanger, à petite vitesse pour commencer, en raclant les parois au besoin, jusqu'à obtenir une texture homogène.

Servir aussitôt ou, si le sorbet est trop mou, on peu le vider dans un plat et le mettre au congélateur pour une trentaine de minutes en brassant de temps en temps.

Le gros inconvénient de ce sorbet: il faut éviter d'en faire de trop grandes quantités parce qu'il devient dur comme de la roche au congélateur. Ça ne m'a pas empêché de congeler mon restant et de le grignoter le lendemain, après l'avoir laissé dégeler environ 15 minutes à température de la pièce.

Je l'ai essayé aussi en version orange et pomme grenade. Moins photogénique, mais encore plus divin. J'ai simplement ajouté quelques cuillerées de jus de pomme grenade et mélangé délicatement à la cuillère.

mercredi 23 décembre 2009

Fudge choco-coco-noix... pour Noël

Le fudge est un classique du temps des fêtes chez moi. Ici, il est réinventé, version toute crue, à partir d'une recette trouvée dans The Good Heart Recipe Book, un e-book gratuit superbe. On obtient un fudge dense, chocolaté, crémeux, pas trop sucré. Prêt en 10 minutes, qui dit mieux?

    Fudge choco-coco-noix
  • 1 1/2 tasse (375 ml) de noix de Grenoble (non trempées)
  • 1 tasse (250 ml) de noix de coco
  • 1/4 (60 ml) de tasse de cacao (régulier ou cru)
  • 1/3 (80 ml) de tasse de nectar d'agave (ou sirop d'érable)
  • 1 cuillerée à table (15 ml) d'huile de coco vierge fondue (optionnelle)
  • pincée de sel

Moudre les noix et la noix de coco dans un robot culinaire avec la lame en "S" ou, par petites quantités, dans un moulin à café. Ne pas laisser tourner trop longtemps, c'est bien bon même s'il reste de petits morceaux de noix.

Mélanger les noix de Grenoble moulues et la noix de coco moulue elle aussi dans un bol, avec le reste des ingrédients. Il peut être nécessaire d'utiliser les mains pour bien homogénéiser.

Presser le fudge dans une assiette légèrement huilée et laisser prendre au moins une heure au frigo. Couper et déguster! Les restes se conservent au frigo ou même au congélateur.

Personnellement, je préfère ces fudges lorsqu'ils sont très très froids, même à peine sortis du congélateur, croquants et fondants à la fois.

vendredi 18 décembre 2009

Ratatouille toute crue


Une autre recette chaude et réconfortante... même si elle est crue. Je n'aurais pas pensé que l'aubergine crue pouvais être aussi bonne, autant la saveur que la texture. Comme la ratatouille traditionnelle, celle-ci est encore meilleure le lendemain. Nous l'avons mangée en plat principal, mais servie sur une salade verte ou avec des craquelins comme un antipasto, ça serait parfait aussi.
 
Ratatouille
(4 portions en repas principal, 8 en entrée ou accompagnement)
Légumes:
  • 4 tasses d'aubergines épluchées taillées en tout petits dés
  • 1 grosse tomate en dés
  • 1 poivron rouge en dés
  • environ 1 tasse de champignons en quartiers
  • 1 petite courgette coupée en 4 dans le sens de la longueur et tranchées mince, de façon à donner des quarts de tranches
  • 1 ou 2 oignons verts tranchés (ou de l'oignon rouge)
  • une dizaine d'olives noires dénoyautées et coupées
Sauce:
  • 1 tasse de tomate fraîche épépinée
  • 3 dattes
  • 10 olives noires
  • 2 cuillerées à table d'huile d'olive
  • quelques aiguilles de romarin (optionnel)
  • une grosse cuillerée à table de pesto (à défaut, quelques feuilles de basilic frais ou même une ou deux pincée de basilic séché et un peu d'ail)
Commencer par tailler l'aubergine. Ne pas oublier de l'éplucher. La mettre dans un grand bol avec environ 1/2 cuillerée à thé (2,5 ml) de sel et mélanger avec les mains en pressant un peu, en la massant.
Ajouter le reste des légumes à l'aubergine, en mélangeant plus délicatement cette fois pour ne pas abîmer les légumes plus fragiles.
Pour faire la sauce, simplement mettre tous les ingrédients dans un blender ou mini hachoir et laisser tourner jusqu'à ce que ce soit homogène.
Verser la sauce sur les légumes et mélanger avec amour :)
Rectifier l'assaisonnement. Il faudra peut-être plus de sel. On peu ajouter une touche de piquant aussi, cayenne ou autre.
Laisser reposer au moins 15 minutes avant de manger, les saveurs se mélangent rapidement et s'amplifient.
On peut réchauffer une demie-heure au déshydrateur avant de servir. Il faut servir au moins à température de la pièce, surtout pas trop froid.

dimanche 13 décembre 2009

Crème de céleri-rave au romarin

Un potage particulièrement satisfaisant pour un souper d'hiver: chaud, crémeux et assaisonné richement. J'ai été étonnée de voir que le céleri-rave pouvait prendre une texture aussi veloutée, même sans être préalablement cuit. Je ne sais pas toutefois si j'aurais obtenu une aussi belle texture avec un mélangeur régulier, j'ai utilisé un blender haute vitesse (Vita-Mix) qui parviendrait à liquéfier à peu près n'importe quoi! Je vais continuer à expérimenter avec le céleri-rave, et enfin le servir autrement que râpé!

Crème de céleri-rave au romarin
(donne 2 à 4 portions)

  • 2 tasses (500 ml) de céleri-rave épluché et coupé en cubes
  • 1 1/2 tasse (375 ml) d'eau tiède ou chaude
  • la moitié d'une pommé épluchée, préférablement une pomme tendre comma la MacIntosh
  • 1 cuillerée à table (15 ml) d'huile d'olive
  • 1 cuillerée à table (15 ml) de miso blanc (shiro miso)
  • 1/4 de tasse (60 ml) de noix de grenoble (idéalement, on les aura fait tremper 15-20 minutes puis rincées)
  • une mince tranche d'ail (optionnel)
  • 1 cuillerée à thé (5 ml) de romarin frais (on pourrait aussi prendre du romarin séché en poudre, mais seulement une pincée)
  • une petite pincée de muscade
  • poivre noir et sel au goût

Passer tous les ingrédients au blender jusqu'à ce que le potage soit bien homogène. J'ai utilisé un blender haute vitesse (Vita-Mix), le céleri-rave est un légume assez coriace et je ne crois pas qu'on puisse obtenir un potage aussi crémeux avec un blender régulier. La saveur resterait tout de même délicieuse.

Si le potage n'est pas assez chaud, on peu le réchauffer à feu très doux. Pour préserver toutes ses qualités nutritionnelles, on évitera de trop chauffer.

Rectifier les assaisonnements. J'ai eu besoin d'ajouter une généreuse pincée de sel malgré la cuillerée à table de miso.

Servir garni d'un filet d'huile d'olive, de poivre noir du moulin et d'oignon vert haché.

mardi 8 décembre 2009

Végépâté version crudivore

Je tentais de reproduire le goût du "bon vieux végépâté" cuit. Rien de trop raffiné, un végépâté bien "grano", un peu rustique, à tartiner sur des craquelins. Mission accomplie! Ce végépâté ressemble beaucoup, en saveur et en texture, au végépâté tel que l'a popularisé Renée Frappier il y a quelques années... exactement ce que je voulais! La prochaine fois, pour faire un peu plus festif, j'ajouterai une pincée de clou de girofle et de cannelle.

Végépâté
  • 1/2 tasse (125 ml) de noix trempées 2 ou 3 heures
  • 1/2 tasse (125 ml) de graines de tournesol trempées 2 ou 3 heures
  • 1/4 de tasse (60 ml) de carottes râpées finement
  • 1/4 de tasse (60 ml) de persil haché
  • 1/4 de tasse (60 ml) d'eau
  • 2 cuillerées à thé (10 ml) de tamari
  • 1 cuillerée à thé (5 ml) de levure alimentaire
  • 1 cuillerée à table (15 ml) d'oignon haché finement
  • 2 cuillerées à table (30 ml) de céleri râpé ou haché finement
  • petite pincée de thym et de poivre
  • un peu de sel, au goût

Bien rincer et égoutter les noix et les graines de tournesol et les réduire en purée au robot culinaire avec le quart de tasse d'eau. Ajouter le reste des ingrédients et faire fonctionner le robot par accoups, quelques secondes à la fois pour conserver la texture des légumes.

Goûter la préparation et ajuster les assaisonnements. Le mien était assez doux, mais c'est ce que je recherchais.

Mouler le végépâté sur le plateau du déshydrateur recouvert d'un papier parchemin ou Teflex. On peut aussi faire cuire au four à feu très doux en diminuant le temps de cuisson.

Déshydrater à 145 degrés Farenheit pour une heure environ et baisser la température à 115 pour continuer la déshydratation. Cette précaution n'est pas essentielle, mais elle évite que le pâté ne fermente avant de déshydrater. Continuer la déshydratation 6-8 heures.

J'ai fait mon végépâté le soir et il a passé une nuit au déshydrateur. Au matin, il était tout prêt tout chaud pour déjeuner.

Conserver les restants au frigo.

vendredi 4 décembre 2009

Tartelette frangipane à la poire

Un dessert délicieux et tellement simple, qui ne prend que quelques minutes à réaliser. On peut jouer avec la présentation, j'ai tenté le look "tartelette class" en utilisant un cercle à gâteau, mais on pourrait mouler la pâte dans une assiette à tarte traditionnelle pour une allure un peu plus rustique. La compote poire-fève tonka en elle-même est délicieuse et la saveur d'amande amère de la fève tonka se retrouve, dans la croûte à aux amandes. Un mélange harmonieux, tout en douceur. Les tranches de poires apportent un contraste dans la texture. À défaut de fève tonka, je crois que c'est la vanille que j'aurais mis... mais la fève tonka est une épice à découvrir!

Tartelette frangipane à la poire
(donne 2 tartelettes de 10 cm de diamètre)

croûte:

  • 1/2 tasse (125 ml) d'amandes moulues en farine (j'utilise moitié amandes-moitié pulpe d'amande qui me reste de la fabrication du lait)
  • 4 dattes de type Medjool dénoyautées

compote:

  • 2 poires
  • mini-pincée de fève tonka râpée (à défaut, la vanille serait très bonne aussi)
  • 1/4 de cuillère (1,2 ml) à thé de psyllium en poudre (pas essentiel, mais aide épaissir la compote pour que la tarte se tienne mieux)

garniture:

  • au goût, tranches de poires, amandes effilées, fève tonka râpée, filet de nectar d'agave

Pour faire la croûte, passer les amandes moulues et les dattes dénoyautées au robot culinaire jusqu'à obtenir une texture de chapelure un peu collante. Arrêter un peu avant que ça se transforme en "boule de pâte". Presser (mais pas trop) la croûte dans le fond des assiettes à tarte ou des mini-moules à charnières.

Pour la compote, simplement passer au blender les poires, la fève tonka (à peine) et le psyllium (la marque Clef des Champs offre du psyllium en poudre).

Verser la compote sur la croûte, laisser figer, au congélo c'est plus rapide, le temps de préparer les garnitures.

Garnir chaque tartelette de tranches de poire, plus ou moins au goût. J'ai trouvé très agréable le contraste entre la compote très crémeuse et les poires légèrement croquantes. Quelques amandes et un filet de nectar d'agave complètent bien l'assiette.